OliveM

OliveM
Poil à Gratter pour démanger

vendredi 16 décembre 2011

Quand Fillon "déplore" le jugement très "tardif" de Monsieur Chirac....

MESSAGE A L'ATTENTION de MONSIEUR FILLON, PREMIER MINISTRE


Ce 15 décembre, nous avons vu et entendu Monsieur Fillon regretter le caractère "tardif" du jugement de Monsieur Chirac, lequel intervient 20 ans après les faits.

Plutôt que de s'épancher sur ce côté il est vrai très tardif, Monsieur Fillon ferait mieux de s'interroger sur ce qui en est la cause. Il est en effet anormal que le système judiciaire conduise à de tels délais. Pour autant, constater cela ne constitue en rien des circonstances atténuantes, bien au contraire.

Si le système judiciaire Français était plus juste et plus efficace, on n'assisterait pas à de pareils scénariii. De facto, la V-ième République considère implicitement que le Président de la république est au-dessus des lois. Il ne faut donc pas s'étonner du laxisme bienveillant dont a pu bénéficier Monsieur Chirac.

Quand un voleur de mobylette se fait pincer la main dans le sac, il n'attend pas 20 ans pour se voir jugé. Cet épisode Chiraquien est donc une parfaite illustration de la politique des deux poids deux mesure sciemment exploitée au plus haut niveau.

Dans son commentaire, Monsieur Fillon semblait considérer ce temps écoulé comme facteur d'absolution potentielle de la faute d'origine. C'est un peu facile. Il serait plus productif de se pencher par exemple sur le statut pénal du Président de la République, plutôt que de s'en remettre benoîtement à son statut actuel d'impunité...

C'est d'autant plus vrai que Monsieur chirac n'était pas même encore à l'Elysée, du temps où remontent les affaires dans lesquelles il était incriminé à la Mairie de Paris.

Cette impunité organisée se retrouve d'ailleurs tout à fait dans le fait qu'il n 'existe noir sur blanc aucun garde-fou constitutionnel pour empêcher quelqu'un objet d'une condamnation (même si c'est avec sursis) de siéger au conseil Constitutionnel. Un comble !!!

Par ses propos, Monsieur Fillon se contente de "déplorer"... pour épauler Monsieur Chirac et linimiser ses responsabilités. Mais il ne déplore rien pour ce qui est du fonctionnement Démocratique de notre système judiciaire(...). Il n'en tire aucune conséquence tangible en termes de fonctionnement de la justice. Pour un premier ministre, c'est un peu court !

Même en Italie, un président du conseil peut être mis en examen dans l'exercice de ses fonctions (...). Je serais curieux de savoir ce que Monsieur Fillon aurait pensé d'un scénario où DSK aurait été élu à l'Elysée avant qu'on prenne connaissance de ses frasques comme celles de l'hôtel Sofitel à New York... Nul doute alors que tout l'état-major UMP se serait déchaîné, pour la circonstance !

Olivier Montel,
Démocrate lambda

dimanche 4 décembre 2011

Super Guéant et le petit Baroin...

Ce WE, Monsieur GuéantSuperguéant ») fait la une du JDD en venant fayoter un contrôle de routine (sic) remontant à plus de 5 ans et concernant le dénommé DSK (alias « Bite-sur-pattes »).

Ainsi donc, Monsieur Géant vient nous déterrer là un vieux truc de routine (donc anodin)… sous prétexte que ce contrôle de routine aurait eu lieu à l’époque… dans le Bois de Boulogne ! Ce n’est plus le ministre de l’Intérieur qui parle, c’est le ministre du fayotage opportun et de la délation populiste. Ce n’est plus le ministère de l’Intérieur, c’est le ministère du fuitage et de la dénonciation anodine (…)

On notera d’abord que tout le monde se contre-tape du fait qu’un DSK aurait été l’objet d’un contrôle de routine au Bois de Boulogne en 2006. De toute façon, Bite-sur-pattes est grillé, donc on ne voit même pas bien l'intérête de ce genre de manoeuvre diffamatrice. Et si Monsieur Guéant se met en tête de nous dire quels ont été les contrôles de routine au Bois de Boulogne en 2006... pauvre garçon... il n’est pas sorti de l’auberge !

On notera ensuite qu’il n’est ni proscrit, ni illégal, ni interdit de se balader au Bois de Boulogne. Sauf scoop retentissant, la chose ne tombe pas sous le coup de la Loi. Si quelque chose de plus scabreux sa cachait là-dessous (à l'évidence ça n'est pas le cas), il appartiendrait alors au Sire Guéant de nous le dire. En clair : à ce stade, soit il en dit trop (plus que probable), soit il n'en dit pas assez. Il faut croire que notre ministre de l’intérieur est sacrément désoeuvré… pour venir ainsi se livrer à ce genre de manœuvre. Tout ça est consternant de bêtise populiste.

On notera enfin que le Guéant se garde bien de dire que DSK était domicilié en bordure du BDB, et ce depuis 1991. C'est un peu comme s'il nous serinait que DSK a été contrôlé pour routine Place des Vosges en 2009, par exemple. On s'en tamponne le coquillard !!!
Le baratin du Guéant n'est donc pas seulement honteux : il est aussi fallacieux. Tout ça serait indigne de la part de n'importe qui. Là, c'est encore plus indigne de la part de prétendu "ministre d'Etat de la République".

Ce Guéant est vraiment un gros blaireau qui gouverne pour les blaireaux, pour flatter les blaireaux et pour agiter le chiffon rouge de la bêtise à blaireaux. De préférence des blaireaux à droite de la droite, bien entendu...

Plutôt que de s'abaisser à ce genre de pitreries où seul le dérisoire le dispute au puéril, le sieur Guéant ferait mieux de faire son travail, par exemple en se penchant un peu plus sur la prolifération des Kalachnikofs dans certaines banlieues - thème sécuritaire apeurant-récurrent avec lequel on nous bourre le moult depuis quelques temps déjà...

Il ne faut pas se leurrer : ce Guéant n'est que la marionnette de Sarkozy pour ses basses oeuvres. C'est ce qu'on appelle la "division du travail en Sarkozie". En clair, quand un Guéant s'adonne à ce genre d'agissements, en filigrane c'est le sieur Sarko qui est derrière et qui tire les ficelles en coulisses (...). Personne n'est dupe.

Vivement que tous ces gros cons soient virés en mai 2012 !!!
Ça nous fera des vacances !
Dans le pire des cas, avec un "Hollande" on n'a vraiment rien à perdre : ça ne peut pas être pire !



Pour ce qui est de son collègue ministériel, le petit Baroin, lequel vient d’être désigné par la presse européenne brillant 13ième ministre de l’Economie sur 19 au sein de la Communauté Européenne pour ce qui est de la présumée compétence : voir le papier ci-contre paru dans Libération, au chapitre « Intox/Désintox » (cliquez sur cette vignette pour zoomer et pouvoir lire). Au rayon "Intox par le chiffre" : un sacré morceau de bravoure !

lundi 28 novembre 2011

Intox : Monsier Copé joue les paranos et se fait des films...

Monsieur Copé,

Je vous ai entendu qualifier ce soir sur FR3 la brève déclaration du jour de F.Hollande de "quasi triomphaliste". Il va falloir que vous nous expliquez en quoi le constat de Hollande était "triomphaliste". Vous êtes complètement dingo, Monsieur Copé ! Il faut arrêter la fumette !!! Tout le monde ne raisonne pas de manière si manichéenne et si "opportuniste" que vous... pour prenez votre cas pour une généralités !!! Vous vous la jouez vraiment "marchand de tapis", pas étonnant que les Français en aient plein le dos, de la vie politicienne et des politiques de votre trempe... Ça tourne vraiment au Théatre Grand-Guignol !!!

F.Hollande se contentait là de faire un constat sur la situation en cours : record de chômage, records d'accroissement du chômage, stagnation voire récession, 4,5 millions de gens qui cherchent un emploi de façon active, +30% de gens de plus qui vont au Restau du Coeur qu'il y a trois ans, 8,3 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Rien que sur octorbe 2011, + 35.000 demandeurs d'emplois... Et ce ne sont là que les chiffres "officiels" (je bosse à l'INSEE, voyez vous... je suis donc bien placé pour savoir le contenu en réalité très restrictif de ces chiffres...).

Je ne vous pas en quoi le fait de constater ça serait "triomphaliste" ??!§!!?%ù¨+&!???
Vous être complètement parano, cher Copé.
Ou plutôt vous nous prenez pour des truffes.

Vous êtes incapable de reconnaitre vos tords et vous vous gardez bien de dire que vous et vos amis sont aux manettes depuis 10 ans. Sauf scoop retentissant, il faut bien admettre que la politique menée (par vous) depuis 10 ans est bien en partie (au moins) responsable de cette situation ! Sinon, c'est à plus rien y comprendre !!!

Si la plaisanterie dure ainsi depuis 10 ans, c'est que la France, dans sa tête, est foncièrement un pays de droite. Dans n'importe quel autre pays européens, vous auriez déjà sauté : en l'espace de 6 mois, le pouvoir a changé de camp dans 7 pays distincts... Ceci étant, il n'aurait échappé à personne qu'en l'espace de 4 ans, vous avez pris une rouste cuisante aux élection cantonales, aux élections municipales, aux élections régionales et aux élections sénatoriales ! Excusez du peu !!!

Il faut bien admettre l'idée que la constitution Française est conçue pour maintenir au pouvoir ceux-là même qui prennent valise sur valise et qui battent des records d'impopularité !

Lors de ces quelques minutes durant lesquelles vous êtes venus parader et faire le mariol sur les ondes de FR3, vous avez fait dans l'intox pure et simple.Une fois de plus. Et, une fois de plus, dans la politique de l'autruche.

Vous vous êtes plantés, vous et vos amis.
Vous êtes incompétents et ne "gouvernez" que pour les plus riches.
Dégagez, SVP, Monsieur Copé. Dégagez !
Retournez à Meaux, à supposer qu'ils veuillent vraiment avoir à faire à vous. Et restez-y.

Le soir du second tour en mai 2012, nous allons faire une sacrée bringue à la Bastille.
Je vous prie de me croire.
Nous, nous n'irons pas au "Fouquet's" (...)

Olive M

mardi 22 novembre 2011

De la notion de "Courage" selon l'UMP/2012 ...

Ce 21/11/2011, une convention UMP a eu lieu à Lambersart (Nord), visant à établir le (fameux) programme (tant attendu) de la Sarkozie pour les festivités de 2012, au cas où les Français voudraient en reprendre pour 5 ans.

Ce, après 10 ans passés aux manettes de la France [Incurie et Langue de Bois à la clé].

Cerise sur le gâteau (et quelle « cerise » !): cette convention avait lieu sous le thème du "Courage" (sic), ce qui rajoute à la chose une bonne dose de piment.


On va donc lister ici un bref et croustillant "florilège" visant à illustrer le sens sémantique du mot "courage" (…)

=============>>>>

Instrumentaliser des faits divers de criminalité (aussi dramatiques soient-ils), exactement comme durant la campagne de 2007, pour faire peur aux Français, faire monter la sauce, draguer l'électorat brunâtre et se faire mousser au plan "sécuritaire"... c’est du « Courage », ça ?

Stigmatiser les Roms pour faire diversion en jouant la politique du bouc-émissaire... c’est du « Courage », ça ?

Stigmatiser les fonctionnaires pour faire dans le registre grassement populiste… c’est du « Courage », ça ?

Stigmatiser les sans-papiers pour ratisser à droite de la droite... c’est du « Courage », ça ?

Continuer de taxer plus le travail que le capital... c’est du « Courage », ça ?

Créer, étendre les niches fiscales puis refuser de s'y attaquer... c’est du « Courage », ça ?

Prétendre que la gauche procède par "effraction" (sic) quand elle arrive au pouvoir... c’est du « Courage », ça ?

Ne faire que semblant de s'en prendre à l'ISF... c’est du « Courage », ça ?

Partir bombarder la Lybie en tentant de faire croire au blaireau de base que ce serait à des fins "humanitaires" alors qu'il s'agit de se venger du Kadhafou - du seul fait qu'il se soit foutu de votre gueule quand il est venu planter sa tente de Bédoin dans les jardins de l'Elysée fin 2007 (juteux contrats promis mais non respectés)... c’est du « Courage », ça ?

Se contenter de faire dans le court terme énergétique en restant 100% lié à l'atome sous couvert de prétendue "indépendance énergétique", sous prétexte de "grandeur nationale" et sous chantage à l'emploi de court terme... c’est du « Courage », ça ?

Aller passer ses vacances en Tunisie et dans certains autres pays Arables après le début du printemps dit "Arabe"… c’est du « Courage », ça ?

Quand, fin 2007, un Sarkozy ose venir dire aux Africains lors de son "fameux discours" de Dakar - resté dans les annales, malheureusement dans le mauvais sens du terme - que les Africains n'ont pas d'Histoire... c’est du « Courage », ça ?

Faire le forcing en népotisme pour installer à (la tête de) l'EPAD le bébé Sarko qui n'est même pas fichu de décrocher directement sa seconde année de Droit… c’est du « Courage », ça ?

Clamer haut et fort vouloir suspendre à un croc de boucher un acolyte de sa propre famille politique… c’est du « Courage », ça ?

S'afficher sans vergogne en présence des Bongo, Sassoun' Guesso et autres Billa pour permettre en réalité à la Françafrique de perdurer (en dépit de jolies promesses en 2007)… c’est du « Courage », ça ?

Intervenir dans le Justice et faire pression sur les magistrats pour étouffer certaines affaires gênantes… c’est du « Courage », ça ?

Continuer de virer des enseignants alors qu'en France le nombre de profs pour 1000 habitants est le plus faible d'Europe, que c'est la m…. dans l'Education Nationale et qu'un jeune de moins de 25 ans sur 5 parti de chez ses parents est en situation d'extrême pauvreté… c’est du « Courage », ça ?

S'en prendre aux journalistes (sauf à l'Etienne Mougeotte et à la Laurence Ferrari) en les rendant coupables de tous les maux et de toutes vos erreurs… c’est du « Courage », ça ?

Distiller de plus en plus de messages subliminaux à l'approche de 2012 à l'attention des électeurs plus que droitiers, histoire de faire une bonne pipe au FN... c’est du « Courage », ça ?

Insulter les gens de la France d'en bas en disant (en tant que prétendu Président de la République) "Casse-toi pauv'con"... c’est du « Courage », ça ?

S'inviter à dîner en grande pompes au Fouquet's avec ses ami du seul CAC40 le soir même où l'on a été élu à l'Elysée et où l'on serait sensé représenter l'ensemble des Français et gouverner pour toute la France... c’est du « Courage », ça ?

Se faire inviter dans les semaines qui suivent sur le Yacht somptueux de l'une des plus grandes fortunes du CAC40... c’est du « Courage », ça ?

Avoir exonéré de charges sociales les heures sups dans un pays où il y a 4 millions de chômeurs... c’est du « Courage », ça ?

S'être contenter d'annoncer devoir "karcheriser" les racailles de banlieue en guise de gestions des problèmes dans les cités... c’est du « Courage », ça ?

Etre passé en 5 ans d'un taux de surpopulation dans les prisons de 120% à 135%... c’est du « Courage », ça ?

Avoir exempté d'impôts les plus-values immobilières sur cession d'entreprise alors que la France est en situation de sous-investissement industriel et que les caisses de l'état sont vides... c’est du « Courage », ça ?

Avoir continué de promouvoir l'exportation d'armement vers certains pays Africains alors que certaines de ces dictatures utilisent ces armes pour mater les velléités démocratiques de leurs populations civiles... c’est du « Courage », ça ?

Avoir fait main-basse sur la nomination (par l'Elysee) des directeurs des grands médias publics (Radio France, France Television) dans un pays que l’on qualifie prétendument de « démocratique »... c’est du « Courage », ça ?

Agiter le chiffon rouge de l'insécurite et se gargariser sur le terrain de la "Sécurité" alors que la règle aveugle et sacro-Sainte du non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux s'applique aussi dans la Police et dans la Gendarmerie...
c’est du « Courage », ça ?

Avoir méprisé l'avis de la Ligue des Droits de l'Homme et avoir fait l'impasse sur la condamnation de la France par la Cour Européenne de Justice, au point d'attendre que notre système de garde à vue soit condamné paf notre propre Conseil Constitutionnel pour se bouger le cul et reformer enfin (sous la contrainte) le dit "système"... c’est du « Courage », ça ?

Avoir perdu successivement les élections cantonales, les élections municipales, les élections régionales et les élections sénatoriales (le tout en 4 ans) et continuer de se surestimer "légitime" au point de procéder deux fois plus souvent par décret que sous les 4 quinquennats (septennats) précédents...
c’est du « Courage », ça ?

Stigmatiser la seule petite fraude aux congés maladie du pékin lambda de base alors que 80% du manque à gagner pour l'État imputable à la fraude fiscale au sens large provient des sociétés, des patrons et plus particulièrement des gros bonnets... c’est du « Courage », ça ?

Il y a plus de 8 (huit) millions de Français en-dessous du seuil de pauvreté au sens du BIT, tandis que les seules niches fiscales de Mme Betancourt sur 2010 lui rapportent en chèque de 30 (trente) millions d'euros soustraits aux caisses de l'État…
c’est du « Courage », ça ?

Sur la décennie écoulée, les inégalités de revenus (tous types de revenus confondus) sont allés en se creusant sans cesse. Ça fait donc 10 ans que les riches se font plus riches, tandis que les pauvres se font plus pauvres et que les couches moyennes, elles aussi, s’appauvrissent. Et Messieurs Sarkozy, Fillon, Baroin, Coppé & Co continuent de nous enrhumer avec leurs discours sur de jolies lubies en matière de "justice sociale"... c’est du « Courage », ça ?

Le 1% des plus gros patrimoines détiennent en France 25% du patrimoine national. Taxer cette élite patrimoniale à hauteur de 1% seulement rapporterait 25 milliards d'euros, soit dix fois le coût d'embauche des fameux 60.000 enseignants dont ces messieurs de droite nous serinent que ça serait un délire irréalisable et apocalyptique
… c’est du « Courage », ça ?

Dans le même temps, Monsieur Sarkozy se permet le luxe de dispenser de bonnes leçons de morale aux Grecs, aux Espagnols, aux Irlandais, aux Portugais et aux Italiens - entre autres - ces derniers (les Italiens) ayant moins de chômage que nous et une balance commerciale excédentaire (sans nucléaire), là où la nôtre est déficitaire (avec nucléaire)... c’est du « Courage », ça ?

Et ils [« UMP & Sarkozie »] osent encore venir nous parlez de « courage » au point d'appeler leur "programme Présidentielles 2012" le "Programme du Courage" et au point de baptiser pompeusement leur petite convention « la Convention du Courage » ?

Ils osent encore nous parlez de "courage" et du "courage qu'ils n'ont pas eu pas eu depuis 10 ans", au point de nous promettre le même "courage" pour les 5 ans à venir ?

Ils rigolent, ou ils plaisantent ?
Ça n'est pas seulement une vaste supercherie, c'est aussi une blague ?

Olivier M

lundi 21 novembre 2011

Les pitreries ulcérées du douillet Monsieur Douillet sur le dos de l'impertinent Yannick Noah…

Courriel adressé à Monsieur Douillet, « ministre des sports» , via le ddouillet@assemblee-nationale.fr et via le formulaire ministériel de contact http://www.sports.gouv.fr/spip.php?page=contact (même s'il est impossible d'adresser directement Môôôôssieur le secrétaire d'état aux sports, "0% transparence" oblige !

Cher Monsieur Douillet,

On a eu droit à votre réaction TV très « virulente » au sujet du papier de Noah dans le Journal "Le Monde". Ainsi donc, vous vous dites révolté et vous frisez l’insulte, à l’encontre de votre grand ami, Monsieur Noah. En qualifiant ses propos de "graves" et "d'irresponsables" (sic). Quel sens exacerbé de la nuance et de la mesure, c'est admirable !!! Vous devriez vous calmer, Monsieuir Douillet, vous vous faites du mal. Ce n'est surement pas très bon pour votre tension, surtout dans un cas de surcharge pondérale comme le vôtre...

Concrètement : la virulence de votre réaction « scandalisée » parle d’elle-même. En vérité, sous couvert de vous en prendre à votre grand ami Monsieur Noah, vous faites partie de ceux qui préfèrent jouer pudiquement la politique de l’autruche, pour ce qui est du dopage en général et du dopage dans le SHN en particulier.

Malheureusement, il n’y a pas de fumée sans feu. Du reste, les réactions multiples et « indignées » de la petite meute de sportifs Espagnols auxquels on a à faire depuis lors est symptomatique. S’il n’y avait pas anguille sous roche, on n’aurait pas droit à une telle levée de boucliers (…). La plus cocasse étant sans doute celle du dénommé Nadal (fils), lequel a manifestement choppé de sacrés urticaires, sur ce coup-là (...). Espérons pour lui que ça ne le démangera quand même pas trop, durant les Masters qui sont en cours du côté de Londres... ♀8a risquerait de nuire à la précision de son coup droit légendaire.

Certes, il y a un peu de maladresse derrière certains des propos de Noah. On peut ne pas souscrire à tout. On peut même tout à fait ne pas souscrire du tout à l'idée (émise sérieusement ou non, on ne sait... ?) selon laquelle il conviendrait de "légaliser le dopage" (s'agissait-il d'une boutade un brin provocatrice ?). Mais sur le fond du constat Espagnol : même si personne n’a de « preuve tangible » - par définition en matière de dopage de haut niveau - tout le monde pense bien des choses tout bas, plus ou moins en coulisses.

Noah a au moins le mérite de mettre les pieds dans le plat et de dire tout haut ce que beaucoup de monde pense tout bas. Soyons clair : ce sont là des choses qui tiennent peu ou prou du secret de Polichinelle. C’est d’ailleurs bien en cela qu’il y a « hypocrisie ». Du temps de l'Allemagne de l'Est, personne n'avait non plus de "preuves tangibles". Du temps d'Amstrong, on n'avait pas non plus de "preuves tangibles". Du temps de certaines gymnastes Roumaines et du temps de certaines nageuses Chinoises, on n'avait pas non plus de "preuves tangibles" etc. etc. (...). C'est un terrain glissant sur lequel le fait d'attendre des "preuves tangibles" tient de la gageure et se révèle par définition illusoire. Les spécialistes du dopage de haut niveau ont toujours une longueur d'avance sur les spécialistes du contrôle anti-dopage, cette banalité est bien connue !

Vous qui êtes parachuté "ministre des sports", Monsieur Douillet : vous devriez le savoir, même si vous n'avez suivi aucune formation parmi celles qu'on serait en droit d'attendre d'un gestionnaire du sport en général, et d'un ministre des sports en particulier ! Faire abstraction de cette lapalissade, c'est du pipo; C'est nous prendre pour des truffes; C'est faire montre de bien peu de facultés d'apprentissage !

Monsieur Douillet : vous qui êtes ("enfin !" - après des années de brossages de pompes à connotations parfois un peu homophobes sur les bords) parachuté "ministre des sports"même si vous n’avez aucune compétence en la matière, ce n’est pas sur un seul tatami qu’on apprend à s’occuper d’un ministère, fusse-t-il des "sports" – vous ne devriez pas être sans savoir le nombre d’affaires qui sont bel et bien en cours de l'autre côté des Pyrénées, au rayon « dopage ». Rien que sur 2011 et pour ce qui est du seul SHN hautement médiatisé, il y en a 3, dont celle de Contador est la plus connue (…). Et inutile de dire que ce n'est là qu'une (toute) petite partie de l'iceberg, évidement ! Les 3 qui se sont faits ainsi gauler sont les 3 andouilles de service, rien de plus !

Dans le même registre, Monsieur Douillet : vous ne devriez pas être sans savoir les innombrables et « très admirables » succès qu’enregistre subitement le sport hispanique, depuis 3 ou 4 ans. A l’évidence beaucoup trop de succès soudains et concomitants pour que cela soit « anodin » et simplement lié à un "phénomène de coïncidence statistique" du genre "loi des séries". Voir quelqu’un penser benoitement comme ça, c'est à mourir de rire !

Car on peut à tout le moins "s'interroger". Jugez plutôt : champions du monde de foot, champions du monde de basket, vice-champions du monde de hand, pléthore de succès mondiaux en tennis, plusieurs Coupes Davis, plusieurs Ligues des Champions de foot, plusieurs ligues des champions en basket, plusieurs ligues des champions en handball, plusieurs tours de France ces dernières années, 3 Vuelta, 2 Giro, 2 chamionnatys du monde de F1, 2 championnats du monde moto etc. etc. et j’en passe.

En somme, une réussite « stupéfiante », dans tous les sens du terme ["stupéfiant" <==> "produits stupéfiants"... Humour !].

Quoi qu’il en soit, Monsieur Noah a le droit de dire ce qu’il pense. Son statut de citoyen et sa carrière de sportif de haut niveau (sans même parler de celle de son fils) lui donnent le droit de s’exprimer sur ce genre de terrain, sans s’attirer la volée de bois vert vengeresque que vous vous êtes chargé de lui adresser rageusement. J’ajoute que vous êtes le seul, en France et au plan médiatique, à vous joindre à la petite meute de sportifs Espagnols qui se sentent ici visés (...) ... pour vous offusquer de la sorte et sortir ainsi de vos gonds, cher Monsieur Douillet. Car il est évidement symptomatique d'observer que dans nul autre pays qu'en Espagne on a eu droit à pareil patacaisse (…)

Ce qui est "grave", comme vous dites, ce n’est donc pas la déclaration de Noah en tant que telle (surtout pas pour ce qui a trait à la sphère sportive Espagnole). C’est au contraire l’incrédulité et la naïveté de façade que vous feignez de pouvoir afficher, comme si votre casquette de ministre parachuté de choc donnait plus de valeur à vos propos qu’à ceux d'un Noah (...)

J’ajoute que votre inimitié avec Monsieur Noah est de notoriété publique et que cela vous discrédite totalement, d’entrée de jeu, pour ce qui est de commenter son propos. Il ne s'agit en réalité que d'un règlement de compte assez besogneux. Ça fait quand même plusieurs fois qu’il vous chambre gentiment dans les médias (NDLR - on le ferait à moins), et ça fait aussi plusieurs fois que vous lui faites des coups vraiment bas, tordus et pitoyables, du genre « Monsieur Noah n’est pas un vrai Français puisqu’il habite à l’étranger ». Minable.

Minable, plutôt brunâtre et vraiment grotesque, quand on sait qu’il y a plus de 2 millions de Français qui vivent à l’étranger et qui votent en tant que citoyens Français. Vous devriez le savoir, cher Monsieur Douillet, vous qui fûtes parachuté (comme d’habitude) au (nouveau) poste improvisé et inutile (si ce n’est que pour faire du ratissage électoral) de « secrétaire d’état des Français de l’étranger ».

De tels dérapages sont vraiment pitoyables : rien que le fait que Monsieur Noah soit la personnalité préférée des Français (et sans pièces jaunes !) vous ulcère et vous rend… douillet. Vous en êtes malheureux, aigri. Depuis que Monsieur Noah a répondu à des journalistes qu’il n’entendait pas se lancer en politique (NDLR - quand on voit à l'oeuvre des spécimens tels que vous, on le comprend, malheureusement !) et qu’il vous laissait gentiment le soin de faire dans le « cirage de pompes », vous vous êtes vexé et vous entretenez une rancœur tenace à son endroit. La vérité est toute simple, pas besoin de chercher midi à quatorze heure. Comme dit l'adage bien connu : "Il n'y a que la vérité qui blesse"...

Dès lors, votre réaction ulcérée et hors de proportion du 19/11 à grand renfort de plateau TV n’est guère surprenante, n'a en réalité pas grand chose à voir avec le fléau du dopage et ne fait que traduire l’empressement et « l’opportunisme fébrile » avec lesquels vous vous êtes engouffré dans la brèche pour tenter de soulager vos ulcères d'estomac en cherchant à l'infâme "coupable". Personne n’est dupe.

Si l'on ajoute à ça le détail qui fait que Monsieur Noah s'est livré à cet entretien "grave et irresponsable" dans les colonnes du journal "Le Monde", réputé comme étant le plus sérieux, comme étant LA référence hexagonale et comme étant l'une des références internationales en matière de presse écrite... on vous imagine non seulement rouge de colère, vert de rage et dans une colère noire, mais aussi en train de rire jaune (comme les pièces du même nom - décidément, vous nous en faites voir de toutes les couleurs, Monsieur Douillet ! Sans parler du rose très délavé lié à vos pulsions homophobes, ni du brûnatre assez insidieux lié à certaines de vos déclarations sur un bronzé ex-champion de tennis et un brin rasta sur les bords...).

Pendant que vous vous exprimez (fautes d'orthographe comprises) dans les fameuses colonnes de l'Equipe et dans les blaireau-colonnes du Bigaro-Magazine et autre Bigaro-Madame (Groupe "Le Bigaro", ou "La Voix de Son Maître", dit encore "La Pravda de l'Elysée"), Yannick Noah s'abaisse jusqu'à s'exprimer dans les colonnes du journal "Le Monde" (...)
Quelle tristesse... tout fout l'camp ! :->

Enfin, dernier détail : vous prétendez dans les médias qu’il y aurait eu (sic) « plein d’athlètes Français » qui vous auraient téléphoné pour vous apporter leur soutien et se "désolidariser" (sic) avec les propos du dénommé Noah. Mais ces assertions restent vagues, très évasives. Vous ne citez personne. Vous ne circonstanciez rien et en aucune manière, et pour cause (...). C’est un peu facile, vous ne croyez pas ?

Par surcroit, les "innombrables athlètes" que vous allusionnez là sont par définition ceux qui détiennent votre numéro de téléphone. Or ce n'est pas donné à tout le monde : quand on voit qu'il n'y a même pas de formulaire de contact aiguillant l'usager vers votre auguste personne, sur le site Web du Secrétariat d'Etat aux Sports... Autant dire que vos assertions à la sauce 'j'ai été contacté par téléphone" sont assez croquignoles, pour ne pas dire franchement dérisoire : il ne s'agit là à l'évidence que d'un (tout) petit microcosme bien "particulier" qui vous est acquis, par définition. A vous entendre, votre carnet d'adresses téléphoniques seraient représentatif de la population des "athlètes Français" ! Un comble ! A ce stade, c'est un peu le Théâtre grand Guignol !!! Même à supposer que ces athlètes de choc vous aient joint par bigophone (comme vous dites), comme disait Corneille : "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !" [doux euphémisme]...

Personnellement, je ne suis pas SHN (Sportif de Haut Niveau). Je ne suis que SNN (Sportif de Niveau Normal). Désolé, nul n'est parfait ! Mais je confesse que suis quand même sportif lambda (la France sportive d'en bas, comme dirait votre collègue Raffarin dans ses augustes raffarinades) depuis 40 ans (Rugby, Hand, Natation, Athlé, Escalade, Vol Libre, Sport en Chambre, y compris en compétition).

Et bien figure-vous qu'en tant que citoyen-sportif-normal, je me désolidarise complètement de vos réactions super-télévisées et pidermiques :-), de vos énervements de circonstance et de vos petites tentatives de vengeance à l'emporte-pièce (jaune, bien entendu) contre celui que vous qualifiez de "pas vraiment Français", plus du fait de son bronzage en vérité (soyons clair) que du fait qu'il stationne parfois à l'étranger (pas la peine de jouer les faux-culs, Monsieur Douillet).

J'ajoute, si besoin était, que quand un Johny H. - qui vote à droite, c'est de notoriété publique - ou des sportifs professionnels Français bien blancs de peau habitent en Suisse ou à Monaco, il ne vous vient jamais à l'esprit d'allusionner qu'ils ne seraient pas "Français", ou "pas vraiment Français", ou "à moitié Français", ou encore "pas assez Français" (NDLR - la lubie verreuse du statut de Français à deux vitesse est, il est vrai, assez dans l'air du temps, depuis le fameux discours de Grenoble-en-Sarkozie...). On a donc bien à faire ici à des propos aux relents quelque peu brunâtres, discriminatoires et liés à des critères "discriminationnaires" bien précis (...)

Vous nous faites rire, Monsieur Douillet. Ça fait d'ailleurs un certain temps déjà que vous nous faites rire... En fait vous avez peut-être raté votre vocation et votre reconversion post-tatamiesque et post-PiècesJaunes : vous auriez peut-être pu faire la carrière d'un Grand Comique, qui sait ? Contactez quand même les Intermittents du Spectacle, même s'il est assez peu probable que vous y soyez accueilli en odeur de Sainteté : il est peut-être encore temps de rectifier le tir. Vieux motard que jamais.
Hi-hi-hi-hi-hi-hi !!!!

Après le B.Laporte (apprentis homme d'affaire verreux - campings illégaux, casinos verreux, boîtes de nuit verreuses etc. mais footing matinal et copinesque en compagnie de Monsieur Sarkozy oblige) et après la Ch.Jouanno (karatéka de choc de mes deux et apprentis-marathonienne à la gomme qui aime à cavaler dans la rue sous les feux de la rampe), on est décidément vernis, au rayon "secrétaire d'état aux sports" !!! De facto, on est loin d'un Roger Bambuck - bardé de diplômes et de palmes académiques en matière de gestion du Sport, du temps de Michel Rocard... Il est vrai que tout ça est très à l'image des us et coutumes Sarkoziens, bling-bling et tape-à-l'oeil, en matière de modes de désignation ministérielle "95% spectacle" et "100% copinage"...


Olive M


PS - le texte qui a été posté à Monsieur Douillet pour lui signaler ce message en ligne est le suivant :

[Ceci est un message destiné d'abord à Monsieur Douillet, secrétaire d'état en charge des sports]
-------------------------------------------------------------------------------------
Monsieur Douillet,

Vous êtes destinataire d'un email sur votre adresse ddouillet@assemblee-nationale.fr de parachuté UMP dans votre circonscription des Yvelynes où même une chèvre serait élue, pour peu qu'elle arbore une casquette "UMP".

Ce courriel commente vos réactions hors de proportion, ulcérées, symptomatiques et en réalité gamino-vengeresses concernant les récents propos dans les colonnes du journal "Le Monde" de Monsieur Yannick Noah, personnalité préférée des Français (...)

Ce courriel est en ligne sur le lien suivant :
http://humeurs-olivem.blogspot.com/2011/11/les-pitreries-ulcerees-du-douillet.html

Bonne lecture.
Bien à vous,
Olivier Montel,
citoyen-sportif lambda depuis plus de 40 ans - même pas dopé, si ce n'est à la binouze

dimanche 20 novembre 2011

Tiken Jah Fakoly à Clichy pour un concert solidaire : de l'Afrique et aussi de la Françafrique

Ce samedi excellent concert de Tiken Jah Fakoly à Clichy.

Concert solidaire dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale à Clichy. 18 € le concert = 18 € versés pour construire une école en Afrique.
TJF reverse l’intégralité de la recette pour la construction d’une école dans sa Côte d’Ivoire natale. Belle manière de joindre l’utile à l’agréable et belle leçon d’Afrikanité.

Petite salle à Clichy (Théâtre Rutebeuf), pas de battage pour ce concert d’un soir, pas de billetterie sur les réseaux habituels. Résultat : 2000 personnes sur place, concert un peu en aparté, en comité un peu restreint, ambiance bon enfant. Bonne sono, bonne visibilité, contacts faciles avec les musicos - rien à voir avec ces gros concerts à Bercy, à Ballard ou au Palais des Sports où l’on ne voit pas grand-chose et où l‘on ressort plus ou moins la tête comme un choux-fleur. Un concert à dimension humaine et haut en couleur, en somme.

2002 zèbres (beau mélange de Français et d’Africains) qui dansent et chantent au son de la guitare mandingue, de la kora et de la basse électrique réunies, c’est chaud chaud chaud. 2000 zèbres qui chantent à l’évocation des Lumumba, N’Krhumah et Sankara, ça fait quand même chaud au cœur. 2000 zèbres qui dansent sur les textes évoquant l’Afrique, ses problèmes, ses désirs de délivrance et ses espoirs d’émancipation, ça fait chaud au cœur.

Une douzaine de musicos sur la petite scène, une section blanche de cuivres aux couleur du Burkina-Faso, un guitariste façon touareg qui se prend par moment pour Carlos Devadip Santana, un binôme de choristes qui sont montées sur ressort, se démènent à l’Africaine deux heures durant et qui ont dû perdre deux ou trois kilos, le joueur de kora, le joueur de guitare mandingue… je regrette amèrement n’avoir pas eu le matériel reflex car il y avait de super photos à shooter, c’était simple d’être très bien placé…

Sur certaines chansons, je pensais à ce discours consternant de bêtise délivré par le Sarko à Dakar, fin 2007, avec cette épique « Les Africains n’ont pas d’histoire ». Pauvre naze de Sarko, il aurait dû venir à ce concert (cette vision tient de la SF, je sais, je me fais un délire !), ça l’aurait peut-être un peu déniaisé… Il se dit que l'homme vient d'Afrique, mais lui descend directement su singe, et encore : pas n'importe lequel (...)

J’ai aussi pensé à cet inculte ignare de Sarko en matière d’histoire Africaine, sur la chanson de TJF intitulée « Quitte le pouvoir » En fait on peut ne pas dédier cette chanson aux seuls potentats en place en Afrique – plus ou moins grâce (ou à cause) de la France et de la Françafrique. On pourrait aussi la dédier au Sarko… En tant que Français né en Centrafrique, quand je repense à cette phrase minable prononcée en 2007 à Dakar par un Président de la République Française fraîchement élu, j’ai par moment un peu honte d’être Français… C’est vraiment navrant.

Merci à la Mairie de Clichy pour avoir mis sur pied cette soirée. Ce n’est pas à Neuilly sur Seine qu’on aurait eu ce genre de concert. Douce Lapalissade… Présents aussi ce soir : l’Association « Survie » - http://survie.org/ et Amnesty International.

Rappel de la vidéo de présentation de cet event, par l'intéressé : http://www.youtube.com/watch?v=utwrvotb34Y

OliveM

samedi 19 novembre 2011

Les exploits sur Sire Sarko et de son majordome Fillon...

Deux documents glanés dans la presse et sur le Web...

1/ 37.000 euros : c'est le prix de la nuit d'hotel pour Monsieur Sarkozy, à Cannes, en octobre, lors du fameux G20. C'est le record parmi tous les chefs d'état présents sur place.







Cliquer sur l'image pour zoomer et lire

2/ le synoptique/résumé de juste 1 an (un an) de pouvoir et d'exploits du couple Sarko/Fillon



























Liste de diffusion
: les-charlots@u-m-p.org, lespiedsnickeles@u-m-p.org, contact@u-m-p-paris.org, contact@jeunesump.fr, contact@jump49.org, jeunesump25@gmail.com, jeunesactifs@u-m-p.org, contact@jeunespopulaires06.org, ronstalder@yahoo.fr, jeunespop33@gmail.com, ump@u-m-p.org, p.marini@senat.fr, umpvlb@ump-vlb.org, contact@u-m-p-paris.org, contact@ladroitepopulaire.com, contact@prcresse-iledefrance.fr, figaro@lefigaro.fr, figmag@lefigaro.fr, jfcope@assemblee-nationale.fr, eciotti@assemblee-nationale.fr, ddouillet@assemblee-nationale.fr, abrezet@lefigaro.fr, agslama@lefigaro.fr, cestrosi@assemblee-nationale.fr, contact@groupe-ump-paris.fr, cgoasgen@assemblee-nationale.fr, baccoyer@assemblee-nationale.fr, pbalkany@assemblee-nationale.fr, fbayrou@assemblee-nationale.fr, cblanc@assemblee-nationale.fr, jlborloo@assemblee-nationale.fr, dbussereau@assemblee-nationale.fr, eciotti@assemblee-nationale.fr, hdecharette@assemblee-nationale.fr, mpdaubresse@assemblee-nationale.fr, pdevedjian@assemblee-nationale.fr, lgiscarddestaing@assemblee-nationale.fr, cgoasguen@assemblee-nationale.fr, cjacob@assemblee-nationale.fr, ajoyandet@assemblee-nationale.fr, djulia@assemblee-nationale.fr, jflamour@assemblee-nationale.fr, lluca@assemblee-nationale.fr, hmariton@assemblee-nationale.fr, pmehaignerie@assemblee-nationale.fr, rmuselier@assemblee-nationale.fr, muselier.ump@online.fr, jmyard@assemblee-nationale.fr, hnovelli@assemblee-nationale.fr, fdepanafieu@assemblee-nationale.fr, aponiatowski@assemblee-nationale.fr, eraoult@assemblee-nationale.fr, asantini@assemblee-nationale.fr, jpsoisson@assemblee-nationale.fr, jtiberi@assemblee-nationale.fr, gtron@assemblee-nationale.fr, ewoerth@assemblee-nationale.fr, yjego@assemblee-nationale.fr, contact@e-aboud.fr, cderoccaserra@assemblee-nationale.fr, malliotmarie@assemblee-nationale.fr, jfcope@assemblee-nationale.fr, nmorano@assemblee-nationale.fr, tmariani@assemblee-nationale.fr

jeudi 17 novembre 2011

L'éternelle lubie droito-Française du TOUT NUCLEAIRE ad-vitaem eternam....


Le laïus droitier du moment au sujet du "toutNucléaire" est symptomatique de la politique du "toutNucléaire" menée par la France depuis la fin des années 50, en réalité.

Ça fait 50 ans que la droite Française se contente de s'enfermer dans cette fixette nucléaire héritée du Général Kya La Gaulle. D'année en année, de décennie en décennie, on reste confiné, dans ce pays, à cette vision "toutNucléaire" qui n'est en fait qu'une vision du court terme soumise aux seuls acquis en matière de technologie nucléaire.

Ainsi donc, la droite continue de chercher à nous faire croire qu'il s'agirait là d'une sorte de fatalité, de chose "incontournable" - allant même jusqu'à nous prédire l''apocalypse énergétique et économique si cette filière venait d'une façon ou d'une autre à être délaissée. Il s'agit là en vérité d'une sorte de chantage politique et économique qui fait fi de ce qui se passe dans un certain nombre d'autres pays, notamment européens.

Il va en effet falloir que la droite Française nous explique pourquoi il serait fatal que le nucléaire soit en France beaucoup plus contributif que dans tous les autres pays au monde. L'Italie fait sans : sa balance commerciale est en équilibre, là où la notre est déficitaire. L'Allemagne s'en dispense beaucoup plus que nous, là où son appareil industriel est bien plus compétitif que le nôtre : 40% de l'approvisionnement électrique Allemand vient du nucléaire, contre plus de 80% du nôtre...

Il va falloir que la droite nous explique cette "curiosité" qui fait que la France est (et reste) beaucoup plus tributaire de l'atome et des déchets nucléaires que tous les autres pays réunis à travers le monde :-). Qu'est-ce que ça nous apporte ? Hormis le fait de ne toujours pas savoir quoi faire de nos déchets nucléaires sur le long terme, le très long terme et le très très long terme (???). Car personne n'est dupe parmi ceux qui voient un peu les choses en face : se contenter d'enterrer ces déchets nucléaires (même en les vitrifiant), c'est peu ou prou "la politique de la poussière sous le tapis" (en plus toxique, évidemment).

Le comble, c'est que la priorité exclusive donnée au nucléaire Fançais nous conduit à exporter de l'électricité vers certains de nos voisins européens. Autrement dit, nous produisons et nous stockons certains de nos déchets nucléaires... pour fournir certains voisins en électricité... Ceux-là même qui refusent de stocker eux-mêmes de tels déchets chez eux ! Nos gouvernants osent ainsi nous parler de "stratégie" et "d'indépendance énergétique" : curieuse indépendance et curieuse stratégie que celles qui consistent à stocker du déchet nucléaire et à accumuler les réacteurs in-fine à décontaminer... en partie pour le compte de nos voisins !!!

La vérité, c'est que nos gouvernants pratiquent là une forme d'ultimatum et de chantage et qu'on est assez proche d'une forme de terrorisme intellectuel. Petit florilège : si demain on sort (même progressivement) du "toutNucléaire", alors ça sera la catastrophe ; chantage à l'emploi, chantage au prix de l'électricité pour les ménages, chantage à l'indépendance énergétique, etc. etc. etc...

Le chantage à l'emploi (sous couvert des quelques milliers d'emplois qui dépendraient du nucléaire) est sans doute l'une des baratins les plus démagogiques et les plus de court terme, tant il est vrai que tous les pays favorisant des filières alternatives s'accordent à dire qu'elles sont bien plus créatrices d'emploi que ne l'est le nucléaire. Lequel nucléaire est en outre facteur de concentration industrielle et de concentration des pouvoirs (en matière de choix énergétiques) dans les mains d'un tout petit nombre d'entreprises de très grande taille, coutumières comme chacun sait de douces collusions et de doux mélange des genres avec l'appareil politique du "pouvoir" (…)

Car au plan sociétal, il n'y a en réalité rien de bien démocratique dans le modèle sur-concentré du "toutNucléaire". Il suffit de voir de quelle manière certains pans de la politique Française sont conditionnés par cette filière du "toutNucléaire", et ce depuis les années 60.

Petite illustration : la Françafrique [ou "pratiques de collusion entre politique Africaine et intérêts politico-économiques Français"] en est un très bon exemple [caractère stratégique des filières Africaines d'approvisionnement en uranium oblige] !

A l'évidence, la promotion d'un modèle favorisant les énergies alternatives irait bien plus dans le sens de la déconcentration des pouvoirs, dans le sens de bien plus de partage des degrés de décision... donc dans le sens de bien plus de démocratie.

En réalité, la France s'est enfermée et continue de s'enferrer dans un schéma de dépendance à l'énergie nucléaire. Ceux qui se contentent de jouer la politique de l'autruche en nous serinant que ce serait là une "force" se gardent bien d'en énumérer les faiblesses, y compris au plan "stratégique" (…). C'est en réalité du court-termisme. Poser la question de notre approvisionnement sur le long terme nécessiterait au contraire de poser le problème de façon alternative, comme le font par exemple les Allemands. Ce d'autant plus que les réserves en uranium ne sont de toute façon pas inépuisables, qu'on le veuille ou non.

Ne pas s'imaginer, évidemment, qu'on pourrait sortir du nucléaire du jour au lendemain, comme en parlent certains illuminés de couleur verte. Mais il faut cesser d'investir dans ces technologies pour investir dans d'autres technologies, voilà tout. Depuis quelques temps, Monsieur Sarkozy et ses amis prennent un malin plaisir à toujours prendre exemple sur les Enkula Merkel : voilà un domaine où ils seraient bien inspirés d'aller fourrer leur nez, plutôt que de passer leur temps de politicards politicienne à railler la mini-guerre nucléaire que se font leurs adversaires roses et leurs adversaires verts... La dénommée "NKM de Longjumeau" en tête, laquelle n'a "d'écologique" que le maroquin, en réalité.

Là où la droite Française se met des oeillères en refusant de réfléchir au sens du "tout nucléaire", la gauche Française a au moins le mérite d'en discuter, quitte à devoir afficher certains désaccords Mais il faut bien voir que cet antagonisme ne tient pas de la seul fracture gauche/droite. Il a quelque chose de purement hexagonal. En effet, la droite Allemande n'a pas hésité à tirer les enseignements de l'accident de Fukushima : elle a alors opté pour une accélération de sortie du modèle nucléaire. En France avec la droite Française : rien de tel.

Quand on entend la droite Française nous bourrer le mou sur ce terrain du "toutNucléaire", on se dit qu'on est condamné à ne faire QUE du nucléaire ad vitaem eternam, jusqu'à la Saint GlinGlin... Avec cet argument fataliste et particulièrement spécieux "qu'il n'existe pas de filières alternatives crédibles" (dixit le Sarko, 16/11/2011). C'est sur que si l'on attend d'avoir acquis un savoir-faire comparable en matière de filières alternatives à celui des pays qui se sont désengagés de la filière atomique... alors on ne le fera jamais ! Surtout avec cette autre argutie, non moins spécieuse, à laquelle on a à faire depuis des lustres : "Puisqu'on est les plus forts dans le nucléaire et que ça nous suffit, pourquoi se faire suer le burnous à investir dans d'autres savoirs-faire ?". C'est clairement le serpent (énergétique) qui se mord la queue. A ce rythme-là, la plaisanterie peut durer longtemps...

Depuis 40 ans, la droite Française s'est contentée de rester pieds et poings lies avec la fixette du "toutNucléaire" héritée du Général Kya la Gaulle. Sans rien entreprendre de réelle diversification. Elle porte donc en premier lieu la lourde (ir)responsabilité du retard technologique accumulé par la France dans le domaine désormais stratégique des industries renouvelables - domaine que tous les étrangers décrivent pourtant comme créateurs d'emplois.

Il est à noter, du reste, que la gauche Française n'est guère en reste : les 14 années de Mitterrandisme (même si l'on tient compte des phases de cohabitation) n'ont en effet rien apporté de bien neuf par rapport à ce schéma monolithique du "toutNucléaire"...

C'est là qu'on voit que la droite n'est pas en situation de monopole, pour ce qui est de certains conservatismes. Même si ça reste, de facto, le premier de ses apanages.

Olive M

mardi 8 novembre 2011

2007-2012 : Travailler plus pour gagner moins (du moins quand on a du travail)

Les récents développements du "plan d'austérité Fillon III" ne sont qu'une nouvelle illustration :
--> de l'impasse complètement erratique dans laquelle la Sarkozie se fourvoie (à tout le moins depuis 2007),
--> du mur dans lequel nos aimables gouvernants nous ont donc envoyé (à tout le moins depuis 2007).

Le slogan de campagne du candidat sarkozy était en 2007 : "Travailler plus pour gagner plus". Au point même de sacrifier l'idée naturelle de plus juste répartition du travail sur l'autel de la détaxation des heures supplémentaires. Quatre ans plus tard, la situation (dans la vraie vie) est : "Travaillez plus pour gagner moins".

Encore faut-il préciser que ce synoptique ne concerne que les heureux chanceux qui travaillent, étant donné qu'en réalité on en est quand même à plus de 4 millions de chômeurs - au-delà des chiffres "officiels" plus ou moins spécieux livrés par un Pôle emploi ou un Ministère du Travail.

Et ce n'est pas sur ce front que les choses vont s'arranger dans les temps qui viennent, étant donnés :
---> les taux de croissance à venir, asymptotiquement proches de 0 (zéro), en dépit de l'entêtement de nos gouvernants à miser sur 1% de taux de croissance en 2012 après avoir brillament misé sur +1%...
---> l'impact naturellement récessif de ce nouveau tout de vis et des nouveau tour de vis à venirDe facto, la politique Sarkoziste est un aveu d'échec et nous met dans l'impasse, au-delà même du fait que le système économique libéral nous met dans l'impasse.

De facto, la gestion des dépenses publiques s'aligne désormais sur la seule perspective de croissance prise comme une fatalité, mais aucun volontarisme public n'est mis en oeuvre... en matière de croissance. On se cantonne donc bel et bien à un schéma politique récessionniste qui consiste à subir - ou plus précisément à faire subir la fameuse "crise" aux couches moyennes et aux couches modestes. Avec acceptation implicite de l'idée de se mettre à genou devant la sphère financière et devant les agences de notation devenues sacro-saintes... depuis 2008 !

Un conseiller de l'Elysée disait récemment : « Si Nicolas Sarkozy perd le triple A, il est mort [NDLR : il est comme un andouille(tte)]. La philosophie de ce plan est simplissime et correspond à ce que souhaitent le FMI et les agences de notation ». On ne saurait être plus explicite, la messe est dite !

De toute façon, personne n'est dupe. Monsieur Sarkozy peut toujours tenter d'aller faire le malin devant les journalistes avec ses coups d'oeil en coin à Encula Merkel quand le cas "Berlusconard" est évoqué : il n'empêche que le budget Italien est équilibré chaque année, là où le dernier budget Français équilibré remonte... à 1974 !!!

Quand un Jacques Attali dit que dans la vraie vie la France n'a déjà plus tout à fait son "AAA", il sait ce qu'il dit : Attali est une grosse pointure, en matière d'économie et d'analyse financière !
Ce ne sont pas les dénégations d'un Marini au Sénat (lequel Marini pratique la langue de bois mais n'y connait rien) ou d'une Pécresse ulcérée qui y changent quoi que ce soit : il suffit de voir que la France règle des intérêts à des taux deux fois supérieurs à ceux de l'Allemagne pour comprendre que la France est plus proche en la matière des pays méditerranéens que de la "vertueuse Allemagne"... Même si la dernière mode en vogue est de vouloir "tout faire comme les Allemands" (le problème, c'est que la France n'est nullement armée comme l'Allemagne pour prétendre pouvoir jouer comme elle !!!).

Sans même statuer sur le bien fondé du fait d'être sous le joug des agences privées de notations, une agence comme Moody's a indiqué dès octobre 2011 que la France était sous surveillance, concernant son "triple A". Dans la mesure où les équipes en place dans tous les pays ayant été déclassé ont sauté... il est assez "naturel" que la Sarkozie et l'UMP flippent et en fassent une véritable fixette ! D'autant plus que la maison France ne dispose que de quelques mois de trésorerie : la situation est potentiellement calamiteuse. Quelque soit celui qui sera élu en 2012, il héritera d'une situation réellement catastrophique...



En 2007, le candidat Sarkozy s'était engagé à ne pas augmenter les impôts. Aujourd'hui, on voit où l'on en est rendu. Le plan Fillon III consiste en 30% d'économies budgétaires et 70% d'accroissement de la "pression fiscale" (selon la dénomination officielle).

Les économies budgétaires se feront notamment par le gel des prestations sociales, lesquelles toucheront surtout les plus modestes et conduiront à gréver plus encore la consommation.

Quant à l'accroissement de la pression fiscale, elle se fera de façon inégalitaire, en dépit des dénégations de façade d'un Copé, d'un Fillon, d'un Besson ou d'un Sarkozy :

---> l'accroissement du taux réduit de TVA se répercutera évidemment sur les prix, étant donné que l'élasticité-prix de la TVA est positive à la hausse et quasiment nulle à la baisse (l'exemple de la restauration l'a montré avec acuité),

---> l'accroissement de cette TVA grévera par définition des produits de consommation courant, donc le budget du quidam lambda des classes moyennes et des classes les plus modestes (en dépit des tentatives à la fois très imaginatives, très laborieuses, assez folkloriques et assez pathétiques du dénommé Alain Jupé pour qualifier la TVA "d'impôt très social" (sic).

---> la non indexation du barème de l'impôt sur le revenu fera que l'on peut changer de tranche et devoir payer plus d'impôts... même si en francs constants notre pouvoir d'achat n'a nullement augmenté (constat valable pour toutes les tranches de revenus, y compris celles du bas). Dans le même esprit de non-indexation : celle des prestations sociales conduira à une érosion du pouvoir d'achat des allocations familiales et des retraites (de façon linéaire concernant les retraites, indépendament de leur niveau), ce qui constitue bien une politique anti-sociale - qu'on l'admette ou non.

---> cette non indexation de l'IR conduirait à une ponction de 3,5 milliards d'euros par an, là où l'accroissement de la taxation du capital (dividendes et intérêts) ne rapportera que 600 millions d'euros dans les caisses de l'état. On sera donc bien loin d'un quelconque "rattrapage" entre taxation du facteur "travail" et taxation du facteur "capital" ! (un mal typiquement français, y compris en termes de compétitivité par rapport à l'Allemagne).

---> zéro remise en cause de l'allègement de moitié de l'ISF de juin 2011. C'était un gros cadeau pour les plus riches. Cadeau sur lequel la droite ne va bien entendu pas revenir...

---> enfin, cerise sur le gâteau : nulle part il n'est question de revenir sur la détaxation des plus-values en cas de cession d'entreprise (lumineuse idée de ©Monsieur Copé). Et dans le même registre : nulle part il n'est question de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires, véritable fiasco ayant coûté bonbon (5 milliards d'euros sur 3 ans) et n'ayant non seulement rien rapporté (par définition) en termes d'emplois mais par surcroît n'ayant rien rapporté ni en termes de volume d'activité ni en termes de compétitivité. Le pompon !

---> Situation 2011 : en France, 1% des Français concentrent entre leurs mains 25% du patrimoins national. Ce taux de concentration va sans cesse croissant depuis dix ans. Il faut savoir que si l'on imposait simplement à hauteur de 1% ce dernier centile de patrimoine, ça rapporterait 25 milliards d'euros dans les caisses de l'Etat. Soit dix fois plus que le coût d'embauche du 5 ans de 60.000 enseignants, perspective raillée par la droite pour son coût prétendument exhorbitant !!! - le tout dans un pays où le nombre d'enseignants pour 1000 habitants est inférieur à ce qu'il est dans tous les autres grands pays européens...

---> Dans son allocation TV de fin octobre en compagnie de ses deux brosses à reluire "journalistiques" de service, Monsieur Sarkozy s'est targué d'un accroissement de la dette inférieur (depuis 2008) à celui des autres pays européens, sous-entendu : "nous serions parmi les bons élèves". Hormis le fait que les exemples de comparaison cités (RU, Espagne, etc.) l'étaient de façon statistiquement spécieuse (NDLR - la comparaison de l'accroisement de la dette en % d'accroissement n'a pas grande signification, il faut la ramener au niveau d'endettement initial et au niveau d'endettement en % du PIB !), ce son de cloche ne tient malheureusement pas longtemps la route, à l'épreuve des faits : intox. La France est en réalité dans la moyenne de l'ensemble des pays Européens, ni plus ni moins. C'est la simple médiocrité de la simple moyenne. Pas de quoi pavoiser, contrairement à ce que tentait de faire là le Sarko, adepte de l'auto-satisfecit de pacotille. Et pas de quoi venir jouer les gros bras devant les journalistes à Bruxelle, en compagnie d'Encula Merkel.


Cinq chiffres résument assez bien la vaste supercherie dans laquelle nous a embarqués la Sarkozie :

1/ la Sarkozie entend caricaturer la proposition Hollandaise d'ouvrir sur 5 ans 60.000 postes d'enseignants. Arguant pour cela que cela coûterait beaucoup trop cher (2,5 milliards)... alors qu'en 2012 l'endettement de la maison "France" sera de 180 milliards d'euros !!! Précisons que la France est l'un des pays européens où le nombre d'enseignants pour 1000 habitants est l'un des plus faibles.

2/ la seule baisse de TVA dans la restauration depuis 2008 (complètement ineficace puisque sans aucun effet de levier sur l'économie ni sur l'emploi) a coûté plus de 5 milliards d'euros. En réalité du fric foutu en l'air.

3/ la seule promotion des niches fiscales (ainsi que leur non rabotage en dépit des discours de façade au rabais depuis début 2010) ont constitué et constituent depuis 2007 un manque à gagner de plusieurs dizaines de milliards d'euros, là aussi pour une efficacité économique (en adoptant une optique libérale voire néo-libérale) quasiment nulle.

4/ depuis 2002, l'endettement de la maison "France" a été multiplié par 2 (par deux),

5/ enfin : le premier poste de dépense publique réside dans le seul facteur de la dette publique (les intérêts), ce qui montre à quel point c'est le serpent néo-libéral qui à l'arrivée se mord la queue (NDLR - plus l'Etat verse d'intérêts, plus les banques et financiers se font des couilles en or).

Ces 5 chiffres décrivent à eux seuls le triste bilan "économique" de 5 ans de Sarkozie. Le fiasco ne se pose donc pas seulement en termes de justice sociale (à l'heure où l'on augmente la TVA, impôts inégalitaire par excellence). Il se pose aussi en termes de cohérence et d'efficacité. Tout simplement.


Quant au domaine de la "symbolique", il n'a trait qu'à de dérisoires effets de manche limite "fouttage de gueule". Il en est ainsi (doux euphémisme) du gel des salaires du président de la République et des ministres.

En arrivant à l'Elysée, Nicolas Sarkozy avait augmenté son salaire de 140% pour le porter à une rémunération nette 19.331 euros par mois. Dans la même veine : le salaire du premier ministre reste fixé à plus de 22.000 euros brut, auxquels s'ajoute une indemnité de fonction ! Même su ce terrain de la prétendu "symbolique", on est donc asymptotiquement proche du fouttage de gueule pur et simple !

Enfin, la droite et l'UMP commencent à perdre les nerfs, confrontées à une situation politico-économique qui ressemble de plus en plus à une impasse. L'épisode de ce 8 novembre à l'Assemblée Nationale l'illustre bien. Monsieur Baroin a tombé le masque : il a complètement pété les câbles, jusqu'à oser railler la gauche pour être arrivée "par effraction" (sic) au pouvoir en 1997.

Cet épisode est symptomatique. Le petit Baroin re-deterre là cette vieille névrose latente de la droite française la conduisant à remettre en cause la légitimité des partis de gauche quand ils arrivent au pouvoir... par les urnes, émanation du vote populaire. Sous-entendu : seule la droite serait vraiment légitime, quand elle arrive aux manettes. Ce genre de dérapage illustre à merveille les aigreurs et l'esprit de provocation qui anime la droite Française. Tout ça est assez consternant : l'état major de Monsieur Sarkozy ne tient décidément pas beaucoup plus ses nerfs que son mentor de l'Elysée.

C’est là qu’on voit ce que certains donne comme sens au mot « démocratie »…. Un véritable déni de démocratie, en vérité. La honte. Le petit Baroin et un certain nombre de ses congénères UMP n’ont toujours pas digéré, 15 ans plus tard, la dissolution foireuse de l’Assemblée par leurs mentors Chiraquien et Villepiniste de l’époque ! C’est assez pathétique.


Olive M